Tu parles Charles !

Une troisième petite lecture pour y voir un peu plus clair !

Préface de Pierre Rabhi    I    Epilogue de Dr Hans Rudolf Herren  (Prix Nobel 2013)

 

Manger local, c’est loin d’être l’idéal

La question posée est celle-ci :  Que choisir entre une carotte non-bio d’ici et une carotte bio de l’étranger ?

Actuellement le choix collectif se porte en fonction de la proximité, soit la carotte non-bio d’ici. Les kilomètres parcourus pour rapatrier la carotte bio depuis un pays tiers motiveront cette préférence. En effet, la consommation de carburant et les rejets CO2 en résultant participent à l’accélération du réchauffement climatique. Donc à première vue, c’est la décision qui s’impose si l’on veut préserver la nature.

Et pourtant, il est plus écologique d’opter pour la carotte bio importée !

La lecture de ce petit livre nous emmène vers de nouvelles contrées qui nourrissent une vision bien différente de celle qui nous est offerte au quotidien. On y découvre une nouvelle dimension environnementale et on comprend que :

  • l’agriculture conventionnelle de proximité tue la vie
  • les subventions agricoles ne sont pas encaissées par les agriculteurs
  • nous payons des impôts pour abîmer la vie, nos vies !

Au fait, saviez-vous que nos champs sont cultivés avec des dérivés d’armes chimiques de guerre ?… Une réalité qu’il est impératif de connaître.

Un petit livre tonitruant qui, comme ses deux prédécesseurs, nous permet d’en finir avec les idées reçues !

Revue de presse

 

Les acteurs

Lucien Willemin  l  Auteur
Laurent Duvanel  l  Lectorat
Ligne graphique  l  Graphiste
Pitch  I  Illustrateur
Les Editions G d’encre   I   Editeur

 

« Tu parles Charles ! » est disponible en librairie ou peut être directement commandé ici :

 

Et pour passer à l’action :

Voici une initiative qui va dans le sens des propositions faites dans « Tu parles Charles ! » :  www.initiative-pour-une-eau-potable-propre.ch